Le 18 avril 1910 est né l’algérienne Nafissa Sid Cara, première musulmane membre d’un gouvernement de la cinquième république française. Elle est à la fois pionnière de la promotion d’un islam républicain et partisane de l’émancipation de la femme musulmane.

 

Etudes et débuts de carrière

Née le 18 avril 1910 à Saint-Arnaud en Algérie, Nafissa Sid Cara est issue d’une famille algérienne d’origine turque. Brillante dès ses classes primaires, elle termine avec succès ses études à l’Ecole normale de Constantine, en Algérie, bien que la scolarisation des jeunes filles fût encore très faible à son époque. Elle devient ensuite institutrice et enseigne quelques années plus tard au collège de Marengo, en France.

Ayant obtenu la nationalité française, elle se porte candidat à la direction de l’établissement, mais son dossier sera aussitôt refusé. Loin de la décourager, ce refus ne fait que renforcer sa conviction de lutter en faveur des femmes musulmanes. Elle intègre ainsi le mouvement de Solidarité féminine et y diffuse sa vision de la femme musulmane émancipée. En 1958, lorsque ses proches lui proposent de se présenter aux élections législatives, elle accepte sans hésiter en affirmant qu’elle cherche « la reconnaissance de la dignité de la femme musulmane ».

 

Une femme politique en faveur des musulmanes

Le 30 novembre 1958, Nafissa Sid Cara est élue députée d’Alger-campagne à l’Assemblée nationale française et adhère le regroupement national pour l’Unité de la République. Et comme elle l’avait annoncé, ses préoccupations majeures restent la question de la femme musulmane dans la société. Le 8 janvier 1959, elle est nommée secrétaire d’État « chargée des questions sociales en Algérie et de l’évolution du statut personnel de droit musulman » dans le gouvernement français.

Nafissa conserve ce poste malgré les remaniements successifs jusqu’au 14 avril 1962. Elle passe ensuite au poste d’inspectrice générale des affaires sociales jusqu’en 1975 pour devenir en 1979, membre de la Commission nationale chargée de l’étude des problèmes des Français musulmans. C’est à l’âge de 91 ans qu’elle décède le 1er janvier 2002.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *