Le 30 mars est pour les palestiniens, le Land Day, la Journée de la Terre, durant laquelle ils commémorent les victimes du massacre de Sakhnin en 1976.

 

Une grève générale éclate à Sakhnin.

Les palestiniens ont contesté la décision du gouvernement travailliste israélien du 19 février 1976 de confisquer 25000 dunums de leur terre, soit l’équivalent de 2500 ha. Le 30 mars 1976, ils ont alors organisé une grève générale qui s’est rapidement transformée en une manifestation à Sakhnin, au Nord de Nazareth. En réponse, l’armée israélienne a riposté par la force. Bilan de la journée : six morts, des centaines de blessés et des centaines d’arrestations.

 

« C’est ici notre terre, nous ne partirons pas »

Chaque année, les palestiniens envoient le même message à l’Israël et au monde entier : « C’est ici notre terre, nous ne partirons pas, nous resterons attachés à cette terre sacrée de Palestine, quelles que soient les mesures de l’occupation ! Nous y poursuivrons notre existence jusqu’à la liberté et l’indépendance, jusqu’à la fin de l’occupation israélienne, jusqu’à l’instauration d’une paix juste et durable ». Cette journée symbolise l’attachement des palestiniens à la terre qui leur est due, à leur histoire, mais surtout il s’agit d’un hommage à leurs compatriotes victimes des israéliens ce jour-là.

 

Un combat qui se poursuit

Aujourd’hui encore, la Palestine envoie ce même message et Israël poursuit les répressions sanglantes et les occupations. Pour les palestiniens, le Land Day est également une occasion de se rappeler les droits universels et inaliénables que l’Israël bafoue.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *