Vers 23h (heure locale) le 28 mars 2005, un vent de panique souffle sur les habitants de Sumatra. La petite île indonésienne a été, une nouvelle fois, secouée par un violent séisme.

 

Un puissant séisme

L’Agence américaine de surveillance géologique (USGS) estimait la magnitude du séisme à 8,2 puis à 8,5 plus tard dans la soirée. Quant à son épicentre, il se trouvait à 205 km à l’Ouest de Sibolga, sur l’île de Sumatra, et à environ 240 km au sud-Ouest de Médan a précisé Don Blakem, un expert de l’agence.

Le séisme a duré moins de trois minutes mais c’était largement suffisant pour semer le chaos dans une zone déjà lourdement affectée par les tremblements de terre répétitifs. De plus, il s’est produit en pleine nuit rendant le bilan particulièrement lourd : 500 décès selon le gouvernement contre plus de 1.000 morts selon la Croix-Rouge indonésienne. Par ailleurs, les dégâts matériels étaient considérables notamment dans les zones proches de l’épicentre.

 

Les pays voisins en alerte

Certes, la puissance de ce séisme était largement inférieure à celle du 26 décembre 2004 ayant fait 126.000 morts et 93.000 disparus en Indonésie. Néanmoins, les secousses ont été ressenties  jusqu’en Thaïlande, Malaisie, Sri Lanka, Indonésie et dans les îles de l’Océan indien. Ayant été fortement touchés par le précédent séisme (5.400 morts et 3.000 disparus en Thaïlande, 31.000 morts et 5.600 disparus au Sri Lanka, 11.000 morts et 5.600 disparus en Inde), ces pays n’ont pas hésité à déclencher l’alerte au tsunami et à prendre les mesures nécessaires.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *