Le 27 mars 1948, le roi Farouk pose la première pierre pour la construction du haut barrage d’Assouan sur le Nil.

 

Les faits à l’origine de la construction du barrage

L’ancien barrage d’Assouan édifié en 1902 et surélevé en 1933, au cours de la domination britannique en Égypte, n’arrive plus à endiguer les crues importantes, souvent catastrophiques, du fleuve. Pourtant, les infrastructures agricoles se multiplient dans la Vallée du Nil en même temps que la population s’agglomère autour des zones fertiles. Quand les inondations menacent fortement les cultures, en particulier les exploitations de coton, le roi décide d’ériger un nouveau barrage.

 

La conception effective du barrage d’Assouan

La construction du barrage ne démarre finalement qu’en 1960 pour des travaux qui durent 11 ans. Après un désistement d’origine politique des États-Unis et de la Grande-Bretagne, les Soviétiques financent et appuient techniquement la construction de ce barrage haut de 111 mètres et long de 3800 mètres. Le 15 janvier 1971, le président égyptien Anouar al-Sadate et le président soviétique Nikolaï Viktorovitch Podgorny inaugurent le haut barrage d’Assouan.

 

Les revers de la construction

Le barrage d’Assouan améliore, certes, la gestion des crues et de l’irrigation des zones alentours, mais il n’est pas sans conséquence. Parmi les méfaits les plus célèbres, citons le déplacement d’environ 100 000 Nubiens, le dépôt croissant de limons modifiant la géologie du Nil et le transfert, très médiatisé, de plusieurs monuments historiques égyptiens, entre autres les temples d’Abou-Simbel et de Philae.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *