Âgé de 43 ans, Hâroun ar-Rachîd, calife de la dynastie abbasside, décède le 24 mars 809 au cours d’une expédition contre des rebelles du Khorasan, province de Samarcande.

 

Une enfance dans le luxe

Descendant du calife El-Mahdi et d’une esclave affranchie yéménite, Hâroun ar-Rachîd voit le jour en 765. Depuis son enfance, il évolue dans le luxe et le pouvoir associé au titre de son père. À tout juste de 20 ans, Hâroun ar-Rachîd devient calife à son tour, se trouvant ainsi à la tête de la totalité des musulmans.

 

Un chef de guerre et diplomate

Le calife Hâroun ar-Rachîd possède la réputation d’être un chef de guerre aguerri qui dirige des expéditions militaires couronnées de succès. Cette qualité lui permet de contenir la rébellion de son peuple contre la collecte des impôts. D’un autre côté, il est également un diplomate bien stratège qui, conscient de la force de Charlemagne, envoie un ambassadeur à celui-ci et lui offre une clepsydre, selon les chroniques.

 

L’essor du raffinement arabe

L’empire arabe devient plus florissant que jamais sous le règne d’ Hâroun ar-Rachîd. Grâce aux développements des techniques, de l’art, des commerces et de l’agriculture, Bagdad devient la cité la plus grandiose de son époque avec ses 2 millions d’habitants. Les vestiges de la ville sont racontés dans les contes de Mille et une nuits. Le calife à qui l’héroïne Shéhérazade raconte les fabuleuses histoires n’est autre que Hâroun ar-Rachîd. Considéré comme une grande figure du monde arabe, le calife Hâroun ar-Rachîd est incarné au cinéma dans un film de Paul Leni intitulé Le cabinet des figures de cire.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *