Le 13 mars 2012, la Tunisie a décrétée la « journée nationale de la cyber-liberté », en hommage à Zouhair Yayaoui, un activiste tunisien décédé la même date en 2005.

 

En souvenir d’un cyberdissident

La Tunisie célèbre chaque 13 mars la « Journée nationale pour la liberté d’Internet », à la mémoire de Zouhair Yahyaoui, un activiste tunisien décédé le 13 mars 2005 à l’âge 37 ans. Attributaire du 1er prix Cyber-liberté en juillet 2003, il avait été arrêté près d’un an plus tôt, le 4 juin 2002, puis condamné à 2 ans de prison par la cour d’appel de Tunis pour « propagation de fausses nouvelles ».

Ce cyberdissident écrivait sous le pseudonyme de « Ettounsi » qui signifie « Tunisien », et avait créé en juillet 2001 le site tunezine, destiné surtout à publier des informations sur l’état des libertés dans le pays. Il avait aussi diffusé sur internet des documents fournis par l’opposition, en plus de la publication d’une lettre du juge Mokhtar Yahyaoui adressée au Président de la République pour dénoncer le système judiciaire tunisien.

 

Cyber-liberté en Tunisie : une tendance positive

Si les contestations populaires de 2011 baptisées « Printemps arabe » ont conduit à la fin du règne de Ben Ali, après 23 ans de pouvoir sans partage, il reste encore des efforts à réaliser pour que la Tunisie se débarrasse définitivement de toutes les traces de ce système très autoritaire.

Néanmoins, ce pays classé auparavant parmi ceux défavorables à l’internet a déjà fait un grand pas et se trouve aujourd’hui sur le bon chemin vers la vraie liberté d’accès aux informations en ligne. Le cadre juridique tunisien en la matière, certes, n’en est pas encore entièrement aux normes internationales, mais il affiche, en revanche, une tendance positive qui a le mérite d’être remarquée et encouragée. Un rapport effectué en janvier 2018 par Freedom House, une ONG américaine spécialisée dans ce domaine, place même la Tunisie comme pays « modèle » du monde arabe en matière de liberté.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *