Après la remise annuelle des prix de la Fondation du roi Fayçal, le cheikh Mohammed Tantaoui trouve la mort en Arabie Saoudite à 81 ans, le 10 mars 2010. L’inhumation de cet emblème du sunnisme a lieu dans la ville sainte de Médine.

 

Son parcours

Mohammed Sayyed Tantaoui est né le 28 octobre 1928 à Selim As-Sharkiyé, un village de la Haute-Egypte. En 1944, il intègre la célèbre université Ausoul-Ad-Din pour étudier la théologie jusqu’à l’obtention d’un doctorat en exégèse du Coran, soutenu à l’université d’Al-Azhar au Caire. Il enseigne la théologie en Alexandrie, en Libye, puis en Arabie saoudite avant d’occuper le poste de doyen de l’université Ausoul-Ad-Din en 1985 et de devenir mufti d’Égypte l’année suivante. En 1996, le président de la République Hosni Moubarak le nomme au poste de Grand Imam d’Al-Azhar, la plus haute autorité de l’islam sunnite en Égypte.

 

Ses polémiques

Depuis sa position de mufti et de grand Imam, Mohammed Tantaoui s’efforce d’imposer une allure libérale aux pratiques musulmanes. Il réfute les valeurs religieuses de l’excision et s’oppose fermement aux mouvements intégristes en précisant que « le fanatisme est le résultat d’une méconnaissance de l’islam ». Voulant imposer l’image d’un islamisme ouvert, il soutient le gouvernement français dans la « bataille du voile » en expliquant qu’il s’agit d’une pratique coutumière et non d’une « obligation religieuse non négociable ».

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *