Le 4 mars 1193, Saladin, un sultan réputé pour être un valeureux guerrier rendit l’âme à l’âge de 55 ans.

 

Un guerrier kurde musulman

Originaire du Kurdistan, Saladin a combattu aux côtés de son oncle Chîrkouh pour réussir à prendre le pouvoir en Égypte. À 32 ans, il a succédé à celui-ci en tant que vizir avant de devenir sultan de l’empire réunissant l’Égypte et la Syrie.

 

Un conquérant kurde, un bon musulman

Si Saladin est aujourd’hui devenu un modèle pour les partisans du nationalisme arabe qui combattent l’Israël et l’ingérence occidentale, c’est parce qu’il a défendu avec ferveur l’islam contre le christianisme et le judaïsme. En 1187, il a rallumé la flamme du djihad, la guerre sainte contre les infidèles, en enregistrant une glorieuse victoire contre les chrétiens de Hattîn. Ce succès a agi comme un regain d’espoir pour les musulmans partis pour reconquérir Jérusalem au bout de près d’un siècle d’annexion.

 

Un pieu combattant au profil bien particulier

D’un côté, on l’a connu comme le sultan ayant été sans pitié avec les chrétiens et les juifs pour pérenniser l’islam. De l’autre, Saladin est associé à ce sultan vertueux et valeureux qui a racheté un nourrisson pour le réunir avec sa jeune mère Franque lors de la prise de l’Acre. Stratège doté d’un esprit rationnel et parfois contradictoire, Saladin a accueilli comme son conseiller le savant juif Maïmonide, en dépit de son aversion pour le judaïsme.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *