Dans la nuit du 29 février au 1er Mars 1960, le tremblement de terre le plus meurtrier de l’histoire du Maroc a ravagé la ville d’Agadir. Le bilan indique plus de 15 000 personnes décédées et au moins 35 000 sans-abri.

 

La ville dévastée en seulement 15 secondes

Depuis plusieurs jours, la terre tremble sporadiquement à Agadir. Mais dans la nuit du 29 février au 1er Mars à 23 h 40, le pire est arrivé : un séisme d’une magnitude de 5,7 sur l’échelle de Richter s’est manifesté dans la ville. Le bilan est lourd, car ces secousses qui ont duré 15 secondes ont touché 30 % des Gadiris, soit près de 15 000 personnes tuées et plus de 25 000 grièvement blessés. Il s’agit donc du tremblement de terre le plus destructeur de l’histoire du pays.

 

La reconstruction d’Agadir

Puisque l’épicentre de ce séisme se trouve plus au sud de la ville, le gouvernement décide de commencer la reconstruction par le sud même d’Agadir. Les quartiers au cœur et à proximité de celui-ci sont évidemment les plus détruits. La base navale et le port, en revanche, restent peu touchés et ont ainsi servi de refuge aux sans-abri. Les différents travaux de remis en état de la ville débute déjà quelques semaines après le séisme, mais c’est le 30 juin 1960 que le roi Mohammed V effectue la pose officielle de la première pierre du chantier. Le prince héritier Moulay Hassan, quant à lui, s’occupe du suivi de la reconstruction. Aujourd’hui, 58 ans après, cette ville d’Agadir est le deuxième pôle touristique de Maroc, très prisé pour sa plage de plusieurs kilomètres.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *