L’illustre écrivain algérien, Jamel Eddine Bencheikh est né le 27 février 1930 à Casablanca, au Maroc. Grâce à ses œuvres riches et variées dans le domaine de la littérature arabe médiévale, il est considéré comme l’un des plus brillants érudits de l’histoire.

 

Ses études et son parcours

Ce célèbre écrivain a passé son enfance au Maroc, puis sa jeunesse à Tlemcem, en Algérie. Issu d’une famille de magistrats, il commence des études de droit, mais aussi d’arabe classique qu’il poursuit à Paris en 1959. Une fois agrégé, il revient en 1962 à l’université d’Alger où il enseigne la littérature arabe médiévale et crée la section de littérature comparée. En 1969, il retourne en France et travaille comme professeur à la Sorbonne, puis chargé de recherche à l’université Paris-VIII-Vincennes jusqu’à sa retraite en 1997. Cette équipe s’est focalisée sur les imaginaires arabes au travers des Écritures, cultures et mythologies.

 

Les œuvres de Bencheikh : repère pour les chercheurs arabisants

La traduction intégrale des Mille et Une Nuits lui a apporté une grande renommée dans les milieux de culturel . Cette œuvre annotée par André Miquel, un historien arabisant français, compte en effet 3 volumes de plus de mille pages chacun. En plus de ses nombreux ouvrages de référence sur la poésie arabe, Bencheikh a également signé des recueils de poèmes, comme Les Mémoires du sang (1988), et des chroniques intitulés Écrits politiques, édités en 2001. Mort d’un cancer en août 2005, ce grand spécialiste de la littérature arabe médiévale était et restera une référence pour tout chercheur arabe et arabisant, puisque ses travaux sont, en quelque sorte, une balise à leur voie.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *