Ce fut en 1201 que le monde a vu la naissance d’un génie, Nasir ad-Din at-Tusi, connu pour ses œuvres écrites dans la langue persane, arabe et turque. Il a marqué son empreinte dans plusieurs domaines : mathématiques, théologie perse-musulman, philosophie et astronomie.

 

Une enfance qui le prédestinait à briller

Descendant d’une famille d’érudits chiites, le cadre dans lequel il a évolué présageait déjà que Nasir ad-Din at-Tusi allait marquer le monde. Poussé par un père pratiquant à se focaliser sur les courants de l’Islam et par un oncle qui apprécie l’histoire et la philosophie, il entamait déjà les grandes études à l’âge de 18 ans.

 

Son parcours

Lors de ses premières années à Nishapur, Nasir ad-Din at-Tusi s’est focalisé sur les études philosophiques pour se pencher sur les grandes œuvres tels que le Kitab al-Isharat wa-l-tanbihat (Livre des Directives et des Remaques). En 1217, il fera cap vers l’Irak pour apprendre la jurisprudence pendant près de 4 ans. Toujours en quête de savoir, c’est à Mossoul qu’il décidera de jeter l’ancre pour se concentrer sur les mathématiques.

 

Œuvres marquantes

Grâce au Livre sur le théorème de la sécante que l’on connait aujourd’hui sous le nom de Traité sur le quadrilatère complet, des œuvres qui ont inspiré les mathématiciens de la Renaissance en Europe, le nom Nasir ad-Din at-Tusi sera gravé à jamais dans l’univers des mathématiques et de la géométrie.

Son esprit brillant est si reconnu qu’il reçoit le titre honorifique de 3ème maître à penser ou le 3e instituteur de l’intelligence. Faisant suite à Aristote et Al-Fârâbî.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *