Il y a 29 ans, à savoir le 15 février 1989, la guerre d’Afghanistan s’achève car l’URSS retire son contingent militaire après environ 10 ans d’occupation. Cette mesure est, en effet, prise en vertus des accords de Genève sur le règlement politique du conflit.

 

La résistance des combattants moudjahidines

 

De 1979 à 1989, les moudjahidines ont dû affronter et contrer l’armée soviétique qui cherchait à contrôler toutes les villes. Mais durant ces années, ils ont toujours su résisté à l’armée rouge qui était pourtant nettement supérieure en nombre et en moyens. Et devant leur difficulté à prendre le dessus les campagnes et les autres villes que Kaboul, les troupes de l’Armée rouge commenceront déjà à se retirer peu à peu du pays et laisseront le régime prosoviétique à la merci des intégristes. Cette longue guerre d’usure sera toutefois coûteuse puisqu’elle fera plus de 3 millions de réfugiés et plus d’un million de morts.

Au nom des accords de Genève…

 

Ce retrait de l’armée rouge est par ailleurs le résultat des accords de Genève conclus en avril 1988 concernant la situation en Afghanistan. De manière progressive, cet abandon du territoire a lieu entre le 15 mai 1988 et le 15 février 1989 : 50 183 soldats soviétiques quittent ainsi le pays dans la première période de trois mois, et 50 100 autres sont partis entre août 1988 et février 1989. Lors du passage de l’armée rouge vers la république d’Ouzbékistan, les combattants afghans ont attaqué les convois de troupes, faisant la mort de 523 soldats soviétiques. Les chefs moudjahidines qualifient alors cette guerre de « succès », car, au bout du compte, l’armée rouge n’a pas réussi à les défaire.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *