Ridwan, Fils de Tutus 1er et roi d’Alep de 1095 à 1113, dut mener de nombreuses batailles durant les 18 ans de son règne pour défendre son royaume. C’est ainsi qu’il décida en 1098 de partir au secours d’Antioche et contrer les attaques des croisés.

 

Un roi prêt à tout pour renforcer son empire

De son nom complet Fakhr al-Mulk Ridhwân ben Tutuch, ce souverain d’Alep accède au pouvoir en 1095 et meurt en 1113, la fin de son règne. Une fois au trône, il décide d’éliminer deux de ses frères. Ainsi, il a toujours su préserver et consolider son empire, non seulement à travers des luttes contre les expansionnismes européennes, mais aussi en anticipant les tentatives de révolte au sein même de son royaume.

 

Ridwan d’Alep soutient son beau-père en 1098

Le règne de ce célèbre roi fut également marqué par sa détermination à venir au secours de son beau-père Yaghi Siyan, émir d’Antioche, menacé d’attaque par les croisés. Yaghi Siyan fut d’ailleurs le premier des émirs syriens qui dût affronter l’armée chrétienne. Ridwan va alors mobiliser ses troupes pour contrer l’entrée des croisés à Antioche. Mais à cause d’une tactique militaire trop défensive, son armée est refoulée. Les troupes chrétiennes semblent se réjouir alors que Yaghi Siyan profite de cette victoire apparente du camp adverse pour passer à l’offensive. Les croisés sont ainsi intimidés, puis repoussés le 09 février 1098. Et en 1101, le dévoué Ridwan  va même participer aux côtés du roi de Roum, Kilitch-Arslan 1er et des Danichmendides, à l’élimination des croisés qui tentent de cheminer vers l’Anatolie.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *